07.12.2017, 00:01  

«La rigueur russe me convient bien»

Abonnés
chargement
Yoonmi Lehmann lors des championnats suisses 2016.

 06.12.2017, 23:28   «La rigueur russe me convient bien»

PATINAGEARTISTIQUE La Lensarde Yoonmi Lehmann a été admise dans le prestigieux club moscovite du CSKA et y prépare actuellement les championnats suisses.

En fait, j’ai passé les quelques mois d’été à m’entraîner au Colorado. Les distances entre cette partie des Etats-Unis et l’Europe étant considérables, il devenait difficile de suivre le programme de compétitions que je m’étais fixé. Ma chorégraphe russe, Tatka Rozanova, m’a alors proposé de venir faire un essai à Moscou au sein du CSKA, le club de l’armée...

En fait, j’ai passé les quelques mois d’été à m’entraîner au Colorado. Les distances entre cette partie des Etats-Unis et l’Europe étant considérables, il devenait difficile de suivre le programme de compétitions que je m’étais fixé. Ma chorégraphe russe, Tatka Rozanova, m’a alors proposé de venir faire un essai à Moscou au sein du CSKA, le club de l’armée russe qui regroupe tous les sports dans un quartier grand comme la moitié de la ville de Sion. C’est une sorte de campus très organisé où personne ne peut pénétrer sans sésame. La structure est complète. Patinoire réservée, restaurant, salles de ballet classique, de musculation et de off ice permettent de ne pas se disperser. De plus, une équipe de médecins sportifs et de physiothérapeutes est à disposition.Oui. Leur rigueur me convient. Aux Etats-Unis, tout fonctionne aux compliments et aux encouragements surfaits. En Russie, on te montre ton erreur, on te demande de refaire quelques essais et, si tu rates, tu fais dix pompes sans gants sur la glace. Non. C’est une expérience de vie magnifique et je connaissais déjà un peu le pays car durant mes deux années en Finlande je vivais pratiquement à la frontière avec la Russie. Ce qui change évidemment, c’est la grandeur d’une mégapole en plein développement avec ses dix millions d’habitants, ses incroyables gratte-ciels qui poussent comme des champignons et la nécessité de se déplacer en métro tellement les rues sont encombrées.Je reviens petit à petit à la forme que j’avais lors des derniers championnats suisses. Je viens d’ailleurs de battre, il y a une semaine, mes records des programmes court et libre en Estonie. C’est plutôt encourageant puisque j’ai maintenant les minima pour participer aux Jeux olympiques de Pyonchéang. Mais la route de la qualification est encore longue. Je dois dire que je n’en fais pas une fixation. J’ai la chance de pratiquer ma passion et de courir le monde. Mais je dois dire que j’aime revenir régulièrement en Valais.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top